«

»

Jan 21

La RAFLE – Quand le cinéma s’invite dans un lycée…

Le lycée Paul Sabatier de Carcassonne organisait mardi 18 décembre 2018, une représentation en l’enceinte de l’amphithéâtre du film de Roselyne Bosch, La Rafle (2010) qui se base sur l’histoire de vie réelle de Joseph Weissmann, un enfant juif ayant été déporté lors de la Rafle du Vel’ d’Hiv et pour qui, les années de la Seconde Guerre mondiale se sont trouvées être fort ardues. Nous pouvions noter la présence de Mr N.GUY assistant- réalisateur du film, venu pour répondre à nos interrogations quant au thème historique évoqué par le film ou encore quant aux techniques filmiques employées. Le lycée Paul Sabatier de Carcassonne organisait mardi 18 décembre 2018, une représentation en l’enceinte de l’amphithéâtre du film de Roselyne Bosch, La Rafle (2010) qui se base sur l’histoire de vie réelle de Joseph Weissmann, un enfant juif ayant été déporté lors de la Rafle du Vel’ d’Hiv et pour qui, les années de la Seconde Guerre mondiale se sont trouvées être fort ardues. Nous pouvions noter la présence de Mr N.GUY assistant- réalisateur du film, venu pour répondre à nos interrogations quant au thème historique évoqué par le film ou encore quant aux techniques filmiques employées. Durant la présentation, le film rempli de tristesse, de désespoir, de mort et d’injustice en a fait larmoyer plus d’un. Le film est si poignant d’ailleurs qu’il est fort difficile voire impossible de ne pas être ému par les personnages, la réalité historique si bien représentée ou encore la cruauté des hauts dignitaires, inconscients de la réalité des faits.

Ce film est en soi un véritable « cours d’histoire » de Terminale, abordant au-delà des faits, le travail de la mémoire et les sentiments/souvenirs des personnes ayant vécu les événements.

Au delà de la réalité des faits qui se sont déroulés les 16 et 17 juillet 1942, le film se base sur les récits de Joseph Weissmann, au même titre qu’il aurait pu se baser sur le récit de quatre mille autres enfants déportés lors de cette rafle. Rafle qui conduisit à leur mort à tous, exception faite d’une quantité infime d’entre eux, parmi lesquels se trouve Joseph. Un constat est glaçant ; sur quatre mille enfants déportés, moins d’1 % ne survivront… Au delà de la réalité des faits qui se sont déroulés les 16 et 17 juillet 1942, le film se base sur les récits de Joseph Weissmann, au même titre qu’il aurait pu se baser sur le récit de quatre mille autres enfants déportés lors de cette rafle. Rafle qui conduisit à leur mort à tous, exception faite d’une quantité infime d’entre eux, parmi lesquels se trouve Joseph. Un constat est glaçant ; sur quatre mille enfants déportés, moins d’1 % ne survivront… Devant la bluffante reconstitution des faits, les réactions recueillies des élèves sont unanimes : « très beau film, touchant et très prenant ! » ; « surprenant, comment ne pas pleurer ? » « Des scènes déchirantes entre les enfants et leurs parents.. » disaient quelques uns, visiblement touchés. Une réelle leçon d’histoire et de vie pour des élèves, citoyens français que ne devraient jamais oublier que   de telles abominations ont eu lieu ; oublier les erreurs de l’histoire, c’est prendre le risque qu’elles se reproduisent.

Le film aborde brillamment des événements historiques des plus horribles et meurtriers du XXe siècle avec une certaine légèreté, et ce, en se basant du point de vue de Joseph, enfant à l’époque, et ne comprenant pas totalement la situation dans sa globalité ainsi que sa gravité.

Remerciements aux élèves toutes classes confondues, aux professeurs encadrants et à M N.GUY sans qui rien n’aurait été possible.

Matthieu HUSS Eloïse CERCIAT
T03S

Compte rendu du film La rafle, Roselyne Bosh

J’ai trouvé ce film très émouvant, notamment par la manière dont il a été tourné : nous sommes sans cesse confrontés à une vision par l’enfant, ce qui nous touche davantage tout au long du film et nous fait rendre compte, d’une certaine manière, de l’atrocité de la guerre. Le contraste entre l’innocence des enfants et l’extrême violence des événements est omniprésent tout au long du film.

De plus, nous savons qu’il existe déjà de nombreux films sur la guerre, mais je pense que celui-ci mérite d’être vu, car c’est bien l’exemple de la France qui y est révélé. Ce film est aussi très réaliste, car les personnages ainsi que les lieux du film ont réellement existé, nous voyons donc qu’il y a une volonté de la part de la réalisatrice de se rapprocher un maximum du réel. Parfois, des images, des voix et des visages sont plus parlant qu’un simple cours pour comprendre l’impact de la guerre même s’il est difficile de se rendre compte de ce qui a été vécu. Ce film est facile à regarder, à comprendre et on ne décroche pas, je le recommande.

Lola Bujan 108 ES

Le film historique «La Rafle» de Roselyne Bosch est un film qui raconte la vie de personnes de confession juive durant l’occupation. Il nous montre en particulier l’événement de la Rafle du Vel d’hiv. Cet œuvre se différencie des autres films ayant le même thème car il nous explique la coopération de L’État Français et les petits gestes de résistance de la population française. De plus nous suivons plusieurs personnages tous très attachants et on évolue dans l’histoire à travers des yeux d’enfants innocents ce qui rend le film très émouvant. Nous avons alors une vision d’ensemble puisque nous suivons à la fois les victimes et les bourreaux. Personnellement j’ai beaucoup aimé ce film qui m’a énormément touchée et qui montre la triste réalité historique de l’implication des autorités françaises qui ont collaboré avec l’ennemi nazi.

Pauline Lesvigne 108 ES